Introduction

Préface du livre Des Perceptions Claires (Heldere Waarnemingen)

Depuis mon Expérience Extracorporelle, (EEC), à l’âge de quatre ans, et mon impressionnante Expérience de Mort Imminente (EMI) à l’âge de quinze ans, ma vie a été profondément bouleversée et mon développement psychologique a connu un inévitable envol, dans le sens positif du terme. Depuis lors, je n’ai cessé de remarquer qu’il existe plus entre ciel et terre de ce que nous pouvons percevoir. Ma vie s’en est retrouvée enrichie.

J’entendais par exemple dire des choses sages que je n’avais jamais apprises lors de mon éducation, parce que mes éducateurs ne connaissaient pas cette sagesse. Il était évident que c’étaient des paroles qui ne provenaient ni de moi ni d’eux, et pourtant je les entendais. Une sensibilité était née qui n’avait rien à voir avec des idées matérialistes. Le statut social et l’argent ne m’intéressaient plus et depuis lors, ma vie a été entièrement vouée au bien-être général de tout le monde autour de moi, même de ceux qui gâchaient mon propre bien-être par leur fureur aveugle, leur agression ou leur impuissance. J’offrais de l’amour en puisant d’une source intarissable.

Grâce à l’EEC et l’EMI, j’ai été touché par une forme d’amour unique qui ne s’exprime pas facilement en mots et dont je tire une immense force intérieure. Bien que ce ne soit pas simple, je veux essayer d’esquisser dans ce livre une image de ce bel univers. Il s’agit d’une sorte d’amour universel, d’une énergie très fine qui dépasse largement toute chose matérielle et qui est directement perceptible dans la région du cœur du corps physique. Cet amour ressemble à un faisceau d’énergie omniprésent et perpétuel. Un jour, j’y ai consacré un poème, et dans ce livre, d’autres suivront…

L’amour

Il existe une chose beaucoup plus forte
que ce que nous pouvons soulever.

Il existe une chose beaucoup plus chaude
que ce que nous pouvons ressentir.

Il existe une chose beaucoup plus belle
que nous ne pouvons voir.

Il existe une chose ayant beaucoup plus de patience
que nous n’aurons jamais.

Il existe un amour indicible
qui est partout.

Il est devant et derrière toi,
au-dessous, au-dessus de toi et en toi.

C’est la beauté
de la richesse de l’au-delà.

Ce n’est pas l’amour qui est romancé par notre pensée. Cette forme d’amour dépasse l'étroitesse de nos pensées et peut-être faut-il le considérer comme « mystique ». Il n’a également rien à voir avec la sexualité ni avec toutes les idées sentimentales qui l’entourent. Pendant des années, j’ai échangé avec d’autres personnes, lu beaucoup de livres et vérifié comment cette fine énergie d’amour ne cesse de se révéler dans le corps, et j’ai remarqué qu’un cercle restreint de personnes reconnaît cette sensibilité.

Cette intense et chaleureuse forme de compassion pleine d’affection pour tout ce qui vit, une compassion qui est évidente dans les rapports avec l’au-delà, s’avère être rare. Finalement, après des années de recherche, je me suis avéré être un transe-médium. En outre, un spécialiste dans le domaine de la Médiumnité au Zwanenhof à Zenderen (aux Pays-Bas) a constaté que je suis né avec ce don et cette sensibilité. Je voudrais considérer cette forme comme une partie de la vie éthérique, celle qui appartient au domaine du sixième sens. Cette énergie est tellement subtile qu’il n’existe pas (encore) d’outils pour la mesurer.

A mon avis, le sixième sens est activé quand la pensée, avec les contraintes qu’elle s’impose elle-même, se calme, quand un silence intérieur s’installe. L’apaisement de la personnalité. Je crois que le niveau de vibration, quand on réfléchit de façon très active, ce qui n’arrive que trop souvent, est tel que la sensibilité plus aiguë du cœur et la conscience corporelle sont chassées, que le sixième sens est donc éliminé par un manque de silence intérieur. A cause du stress et de nos activités souvent inutiles, nous ne voyons et ne sentons plus les choses plus subtiles. Des choses auxquelles les enfants sont encore entièrement ouverts, parce qu’ils ne sont pas encore conditionnés à l’usage constant de la pensée. Ils sont appelés les « enfants de l’ère nouvelle ».

Dans ce livre, je mentionnerai de temps en temps ces formes d’activités cérébrales, ainsi que la façon dont un surplus de « l’ego » contribue à un manque de sensibilité et d’empathie. C’est justement grâce au fonctionnement du sixième sens que beaucoup de problèmes dans le domaine cérébral se résolvent d’eux-mêmes, mais…

Où ce sixième sens de tant de personnes s’en est-il donc allé ? 

Je pense que l’homme, comme tous les animaux, est par nature doté d’un sixième sens, cependant tout porte à croire que celui-ci est supplanté par l’activité excessive de la pensée. A mon avis, trop penser est un handicap, mais en général, l’homme est fier, justement, d’être doté d’intelligence. Toutefois, on peut lire presque quotidiennement dans les médias quels problèmes en résultent.

La pensée extrêmement active conduit à l’isolation, comme les psychologues et les psychiatres nous le confirment.

Le sixième sens, au contraire, est un monde d’ondes cérébrales lentes, où l’on peut sentir une profonde solidarité avec tout ce qui vit et évolue entre ciel et terre. Un endroit où tout est amour. Dès qu’on a goûté à cet amour, finis l’instinct de chasse et le désir d’être compétitif au détriment des autres, de faire la guerre, fini l’égoïsme de « je m’en fous, des autres ».

Les contacts que j’ai eus avec les esprits des défunts, les Anges et les entités, ont ainsi été d’une beauté inouïe, remplis de mélancolie et d’une compassion profonde, d’une solidarité chaleureuse et de moments profondément émouvants. Des moments aussi pour embrasser la douleur, et des situations où il était possible de pardonner. Des conflits qui semblaient interminables et des conflits intérieurs se sont résolus et transformés, le chagrin s’est dissout en larmes et il est devenu possible de faire face au côté sombre de la conscience et de l’accepter dans une catharsis profonde.

Je remercie tout particulièrement ma femme Sonja. Sans elle, ce livre n’aurait pas vu le jour.

Toutes les personnes figurant dans ce livre, pour qui j’ai fait une « lecture » ont été rendues anonymes. Cet œuvre se veut un compte-rendu d’un merveilleux monde d’Amour prenant sa source de l’au-delà. Le contact avec l’Amour Universel est l’art d’éviter le surplus d’ego.

Amorinda de l’Éternité